Quand tu as un couple devant toi qui veut apprendre le tango, quelle est ta pédagogie ? - Créatyv' Tango - référencée au CID c/o UNESCO - Le Blog

Aller au contenu

Menu principal :

Quand tu as un couple devant toi qui veut apprendre le tango, quelle est ta pédagogie ?

Le tango argentin
Prologue, la généralité : Pour toutes les danses populaires, les danseurs exécutent, pour une musique précise, un dessin au sol identique et répétitif est créé par un nombre de placement alternatif des pieds ; généralement ce nombre de placement, entre 2 (ex : marche) et 16 (ex : madison), est dénommé « pas de base ».
Il semble donc « naturel » pour pratiquer un type de danses, seul dans un groupe ou à deux, pour la famille des danses de salon, de commencer par apprendre à déplacer ses jambes aux endroits prévus (à partir de notre position de départ).
En résumé : les jambes se déplacent alternativement et indépendamment du positionnement de la projection du centre de gravité ???
 [Dans notre mental, danser est : bouger une jambe, puis l’autre pour faire des « pas ». Dans les dictionnaires, danser est : mettre le corps en mouvement. Mais le corps, c’est quoi ?]
Un corps (1) qui déplace son centre de gravité, les pieds, (jambes), suivent alternativement pour assurer l’équilibre au point de projection du centre de gravité.
Ecrit le (10/01/17) 27 février 2017 – Yves LE GOFF – Rennes / Dinard
Libre expression
adhérents 2017
Mais rappelons notre origine ; aux alentours de l’anniversaire de notre première année, notre deuxième déplacement a été initié par notre bassin ; une de nos jambes a suivi et assuré notre équilibre. Le dictionnaire a ensuite défini ce déplacement (premier pas) de « Frontal ». A l’identique, de notre position initiale en équilibre, si on déplace notre bassin vers le côté, donc notre corps (buste et tête), c’est le pied (jambe) situé côté déplacement qui viendra assurer notre équilibre. Le dictionnaire a défini ce déplacement (pas) de « Latéral ». Facile, car inscrit dès notre premier âge dans notre mémoire reptilienne.
 Un problème toutefois, car j’affirme que nous ne devons pas « commander/initier » un mouvement de jambe (pied) pour se déplacer. Avec ces deux seules fonctions primaires, frontal et latéral, je ne peux pas me retrouver à ma position de départ, jambes côte à côte.
 Les handicapés, (avec une jambe mécanique), ont depuis longtemps résolu cette difficulté en s’élevant sur leur jambe valide. Ils réalisent un « Vertical » (la loi de la pesanteur rapproche à la verticale du point d'accrochagela jambe mécanique) et se pose sur leur jambe mécanique pour la continuité de leur déplacement.
1.   Avec ces trois fonctions, nous réalisons TOUS LES DEPLACEMENTS des danses dîtes populaires. C’est la première originalité de ma pédagogie enseignée aux deux entités du couple.
  o Ces déplacements seront précédés de la suppression de toutes les énergies inutiles, complétées par la connaissance hiérarchique du corps, ses informations (sensibilités) et ses possibilités de mobilité.
Deuxième originalité : mise en application et spécificité des rôles dans la position du couple
  1.  Apprentissage spécifique rôle « homme » (2)
    1.  Construction de « la salida », compréhension, positionnement et action de conduite de chaque déplacement.
  2. o    Apprentissage spécifique rôle « femme » (3)
    1. Ressenti/communication et construction des tours.
 
 
Troisième originalité : Un enseignement unique avec le seul apprentissage du tango argentin pour accéder à la pratique de toutes les danses populaires (même famille)
  1. A son origine, la marche en tango argentin respecte notre déplacement primaire naturel dans le positionnement du couple défini pour le déplacement de « la salida ».
  2. De par les créations permises pour son évolution, le tango argentin utilise presque toutes les positions du corps nécessaires dans la pratique de toutes les autres danses.
  3. En deux années, les élèves sont ainsi en capacité de pratiquer et comprendre rapidement toutes les autres danses.
 
1.       Intérêt : le retour vers le fonctionnement hiérarchique primaire du corps et l’écoute de l’ensemble de nos capteurs facilitent l’accès (la compréhension) au tango argentin et se diffusent dans notre vie (bien être); la vie sociétale « moderne » nous ayant éloigné du fonctionnement naturel.
NOTA : Pour la "danse en couple" le rôle "homme" est à l’origine et à la conclusion du geste souhaité car il assure obligatoirement, (règle de danse), le parallélisme des appuis (pieds) au sol.
Sans énergie superflu et à l’écoute communicative de notre partenaire, il n’existe plus « d’erreur » dans la danse.
Ainsi, partager un moment musical en couple, position abrazo, c’est vraiment du plaisir.
02 99 46 86 01
07 87 45 30 32
Retourner au contenu | Retourner au menu